Qu'est-ce que la Nature ?

natureOr les humains d'aujourd'hui (on a l'habitude de dire l'homme moderne), devenus en majorité citadins, n'ont en majorité plus aucun contact avec la Nature, ceci dès leur jeune âge.


Tout au plus ils assimilent la Nature à la couleur verte du Géranium sur leur fenêtre ou du Platane de la rue. On leur parle uniquement d'environnement.


Comme le mot l'indique, il s'agit de ce qui les entoure, donc des maisons, des rues et des routes, avec quelques ajouts de couleur verte : des plantes ou arbres cultivés par l'homme, qui le nourrissent ou forment le paysage qui l'entoure parfois quand ils sortent à la campagne.



Lorsqu'on a le loisir de faire ce que l'on veut (les vacances), on a en effet tendance à sortir de la ville. Pour beaucoup, c'est la punition. Si on n'a plus autour de soi une dominante d'éléments construits ou fabriqués par l'homme, mais des éléments spontanés, donc "naturels", on est perdu.


Des expressions couramment entendues témoignent alors bien du ressenti des personnes dans cette situation. "Ici c'est un trou". Pire : "Il n'y a rien dans ce pays", ce qui veut dire que tout ce qui n'est pas fait par l'homme (c'est-à-dire la Nature), n'est pas même perçu et encore moins apprécié.


Cette évolution vers une non perception de la Nature n'est pas étonnante : le nombre d'heures passées dans une journée devant la télé ou, pire, l'oreille rivée au téléphone portable, les yeux sur un jeu électronique, la disparition des sorties avec l'instituteur (pardon, le professeur d'école) où on pouvait observer et récolter des fleurs, des insectes, regarder autour de soi en parcourant à pied le trajet entre la maison et l'école, tout cela fait qu'on s'ennuie profondément dans un espace un tant soit peu naturel. Et cela va en s'amplifiant dans les études secondaires et supérieures.


Cela est grave, car ne percevoir et regarder que ce que l'homme a fait lui même, c'est comme si on passait son temps à se regarder dans une glace et refuser de voir et découvrir autre chose. Les oeuvres de la nature se sont sans cesse créées et diversifiées depuis des millions d'années, y compris en créant l'homme lui-même, qui fait donc partie de la Nature, mais ne la représente pas toute entière.


La découverte et la contemplation de la Nature sont donc primordiales pour nous. Elles nous amènent à réaliser l'impasse où nous entraîne l'ignorance des mécanismes écologiques naturels dans les milieux qui nous nourrissent. Mais cela est une autre question...

 

Le rapprochement du Yoga et de la Nature me plait bien : à vous de trouver les nombreuses liaisons possibles.

 

Il s'agit de ma position de naturaliste, ancien enseignant chercheur (1963-1996) au Laboratoire d'Ecologie des Eaux, Université Lyon I.

Michel BOURNAUD / 5, la Colombe / 69630 CHAPONOST / 04 78 45 22 57 / 

 

Références :

  • HAYNARD Robert - Et la Nature ? 1943, 252 p, Ed. Hesse
  • HAYNARD Robert 1972 Expansion et nature, une morale à la mesure de notre puissance, Le Courrier du livre, Paris,
  • ESPINASSOUS Louis 2014 - Besoin de Nature, 254 p. Ed. Hesse 1

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Mis à jour : 29 mai 2015